Recherche:

Marchés des changes

La volatilité sur les marchés des changes s’est fortement accrue en août 2007 les  turbulences  sur  d’autres  marchés  financiers  affectant  considérablement leur dynamique. Avant le mois d’août, la faiblesse historique de la volatilité et l’ampleur des écarts de taux d’intérêt avaient favorisé les flux de capitaux transfrontières,  exerçant  des  pressions  à  la  baisse  sur  les  monnaies  de financement, telles que le yen et le franc suisse, et soutenant les monnaies mieux rémunérées, comme les dollars australien et néo-zélandais. Plus tard en  raison  de  l’accroissement  de  la  volatilité,  des  opérations  de  portage  de devises  (carry  trade)  à  effet  de  levier  ont  été  dénouées,  provoquant  un revirement du cours de change des monnaies concernées.

De plus, les anticipations relatives aux décisions de politique monétaire ont  été  très  nettement  révisées  lorsque  l’ampleur  des  difficultés  sur  les marchés  financiers  est  apparue  plus  clairement.  Dans  ce  contexte,  des facteurs  comme  les  écarts  de  croissance  attendus,  qui  sont  importants pour  l’orientation  future  de  la  politique  monétaire,  ont  davantage  déterminé le  sentiment  des  marchés  que  le  niveau  des  taux  d’intérêt  en  vigueur. Le  renforcement  des  anticipations  d’une  récession  et  la  détérioration  des conditions   sur   les   marchés   du   crédit   aux   États-Unis   ont   accentué   la baisse  du  dollar  début  2008,  la  monnaie  américaine s’inscrivant  à  son plus  faible  niveau  depuis  douze  ans  vis-à-vis  du  yen  et  enregistrant  des creux  historiques  par  rapport  à  l’euro  et  au  franc  suisse.  La  dégradation des  perspectives  de  croissance  au  Royaume-Uni  vers  la  fin  de  2007  a aussi  provoqué  une  nette  dépréciation  de  la  livre  sterling.  En  revanche, d’autres  monnaies  ont  été  stimulées  par  des  anticipations  de  poursuite d’une  forte  croissance  économique.  Pour  certaines  économies  émergentes, telles  que  la  Chine  et  Singapour,  les  tensions  à  la  hausse  sont  venues du  dynamisme  de  la  demande  intérieure  et  d’une  faible  exposition  directe aux turbulences financières mondiales. Dans d’autres cas, comme l’Australie et   le   Brésil,   la   solidité   de   la   monnaie   s’est   appuyée   sur   la   vitalité des  exportations  de  produits  de  base  et  l’amélioration  des  termes  de l’échange..

Articles liés