Recherche:

Les régimes de taux de change

Les autorités peuvent, dans une certaine mesure, décider du mode de détermination du taux de change, autrement dit du régime de taux de change.

On distingue essentiellement deux régimes de taux de change : le régime de taux de change fixe et le régime de taux de change flottant.

En régime de taux de change fixe, les autorités garantissent la valeur de leur monnaie par rapport à une ou plusieurs devises étrangères. La banque centrale vendra ou rachètera la devise étrangère au taux fixé, en fonction des quantités offertes et demandées.

Si le taux de change fixé est égal ou proche du taux de change d’équilibre, cela ne posera pas de problème. Par contre si le taux de change fixé s’écarte du taux de change d’équilibre, l’engagement en question peut conduire à une hémorragie de réserve de change ou, inversement, à une accumulation de réserves de change (ou d’autres moyens de paiements internationaux).

À terme, une hémorragie des réserves conduira à un endettement extérieur, nécessaire pour reconstituer les réserves de changes, et/ou à une dévaluation. La dévaluation peut ramener le taux de change manifestement surévalué à une valeur d’équilibre. Systématiquement, la réévaluation permet de rééquilibrer un taux de change manifestement sous-évalué et produisant une accumulation de réserves de change.

Bien entendu, une hémorragie ou une accumulation de devises entraîne respectivement une contraction ou une expansion de la masse monétaire, avec des conséquences sur les taux d’intérêt et, partant, sur le revenu national. Des politiques adaptées d’open market peuvent, dans une certaine mesure, contrecarrer ces effets.

En régime de taux de change flottant, la banque centrale n’intervient en principe pas sur le marché des changes, Le taux de change varie au jour le jour en fonction de l’offre et la demande, et correspond au taux de change d’équilibre

Articles liés