Recherche:

Les hauts et les bas du dollar canadien

Depuis quelques années, le dollar canadien est de plus en plus volatil par rapport au dollar américain, avec lequel il a presque atteint la parité encore tout récemment. C’est une source de préoccupation pour les  investisseurs car la hausse du dollar canadien dévalorise leurs placements aux États-Unis. Dans un tel contexte, nous recommandons à la plupart des investisseurs de maintenir leurs placements à l’étranger autour de 40 % de la valeur en actions de leur portefeuille, et d’en ajouter s’il le faut pour en préserver l’équilibre. Nous suggérons en particulier des fonds communs qui investissent non seulement aux États-Unis mais aussi à l’extérieur de l’Amérique du Nord.

La brusque remontée du dollar canadien le rapproche de très près à la parité avec le dollar américain. Et puisque certaines des raisons qui soustendent la vigueur du huard vont probablement persister, la Banque du Canada (B du C) et d’autres commencent à s’inquiéter de son impact sur l’économie. Toute réduction de la croissance prévue à l’échelle mondiale pourrait inverser ses gains. À notre avis, vous devriez éviter de prendre vos décisions de placement en vous basant sur l’appréciation continue à long terme du dollar canadien, mais plutôt profiter de sa vigueur pour magasiner outre-frontière et ajouter au besoin des placements internationaux à votre portefeuille. Vous devriez aussi vérifier si vous détenez la bonne composition de placements aux États-Unis et à l’extérieur de l’Amérique du Nord.

La hausse du dollar canadien vous donne l’occasion d’acheter des placements aux États-Unis à prix d’aubaine. Même si la remontée persistante du huard vous préoccupe, ne laissez pas ses fluctuations à court terme vous empêcher d’effectuer de bons placements  à long terme. Même les experts ne savent pas toujours l’orientation que prendra une devise; c’est pourquoi  nous vous recommandons de ne pas apporter des changements significatifs à votre portefeuille à cause  de l’appréciation du dollar canadien. La plupart des recherches montrent que l’impact à long terme des taux de change sur le rendement d’un placement se résume  à un gain ou une perte d’environ 1 % l’an. Par contre, l’impact à court terme peut être plus prononcé et durer plus longtemps que prévu.

Nous conseillons à la plupart des investisseurs de maintenir leurs placements à l’étranger autour de 40 % de la valeur en actions de leur portefeuille. Il vous faudra peut-être aussi en ajouter avec le temps pour en préserver l’équilibre. À notre avis, environ  24 % de vos placements en actions devraient être à l’extérieur de l’Amérique  du Nord, où les fluctuations du dollar US ont moins d’impact, et les autres 16 %, en actions américaines. En outre, si une telle volatilité vous préoccupe, nous vous rappelons que certains fonds communs se protègent du moins en partie contre les risques de change, bien que cette couverture soit coûteuse.

Articles liés