Recherche:

L’internationalisation de l’euro

1.  L’UEM remplit les critères d’internationalisation de l’euro que je viens de mentionner, notamment celui de la taille comme le montre le tableau annexé à la fin de cet exposé, intitulé « Euroland en chiffres ».
2 .  C’est pourquoi l’euro joue déjà un rôleinternational.

Ainsi :

  • il occupe le deuxième rang après le dollar comme monnaie de réserve ;
  • il représente 35% des émissions obligataires internationales ;
  • il est une importante devise de référence dans le cadre des régimes de change en Afrique et dans les pays d’Europe centrale et orientale.

3.      L’analyse dynamique de ces chiffres sur l’internationalisation de l’euro met en évidence les constatations suivantes :

  • Le rôle de l’euro comme monnaie de réserve croît modérément, confirmant l’observation historique que le rôle des monnaies internationales se modifie lentement.
  • L’euro conserve une forte composante régionale. Il se développe essentiellement dans les pays limitrophes de la zone euro, là où les échanges commerciaux sont les plus intenses. Donc, en ce moment, l’euro n’est pas un substitut au dollar qui, lui, est vraiment international.
  • La promotion de l’euro comme monnaie internationale est due avant tout aux investisseurs de la zone euro puisque les émissions obligataires en euro sont essentiellement conçues et souscrites par eux.
  • Il y a tout lieu de penser que l’internationalisation de l’euro se poursuivra car les institutions et procédures mises en place ou en voie de l’être confortent sa promotion (stabilité des prix, renforcement de l’intégration des marchés financiers de la zone euro, etc.).

4.      Un mot sur la question à la mode : l’euro va-t-il supplanter le dollar comme monnaie de réserve ? C’est un faux débat pour les raisons suivantes :

  • Dès l’origine, les architectes de la construction monétaire européenne ont poursuivi un objectif d’intégration économique interne n’ayant rien à voir avec le dollar, facteur externe.
  • L’internationalisation de l’euro n’a jamais été un objectif de la BCE, même si elle tient compte de ses répercussions possibles dans ses évaluations et décisions monétaires (cf.annexe 1).
  • Le Système Monétaire International n’est pas un jeu à somme nulle dans lequel les progrès de l’euro se feraient au détriment du dollar. Au contraire, la consolidation des 12 monnaies fondues dans l’euro profite à l’économie mondiale. Elle a accru les possibilités de diversification, aussi bien pour les gérants de portefeuilles que pour les placements des réserves de change des banques centrales.

Elle a aussi rendu le marché des euros plus profond et plus liquide.

Je conclurai de ce faux débat que l’internationalisation de l’euro peut se poursuivre à côté du dollar et que son apparition comme monnaie internationale est bénéfique pour l’économie mondiale.

En outre, l’émergence d’un monde tripolaire étant toujours d’actualité, l’euro y trouverait sa place.

Articles liés