Recherche:

Détermination du marché des changes

Le taux de change d’une monnaie représente le cours de celle-ci, en d’autres termes le prix de la monnaie, par rapport à une autre, si les deux monnaies sont convertibles. Les taux de change, côtés sur les marchés des changes, varient en permanence et également en fonction de la place de la cotation.

Le taux de change d’une monnaie peut être fixe ou flottant :

Il est dit fixe lorsqu’il est constant. Les banques centrales essayent de maintenir le taux à un certain niveau donné, la « parité officielle », par rapport à une monnaie de référence. Le plus souvent, on qualifie le dollar et l’euro comme monnaies de référence. Ce taux ne peut être modifié que par l’Etat si celui-ci pense qu’il est trop éloigné de la parité officielle. Cependant, il peut différer légèrement du taux de référence s’il se situe dans la bande de fluctuation.

• Il est dit flottant lorsqu’il est déterminé par l’offre et la demande sur le marché des changes. Il n’existe pas de parité officielle entre les différentes monnaies. Le taux de change varie donc librement.

Le taux de change dépend de facteurs structurels et conjoncturels.

Sur le long terme, l’évolution du change est déterminée par l’évolution tendancielle de la balance courante et par la théorie de la parité des pouvoirs d’achat.

Cette dernière consiste à comparer, dans la durée, le pouvoir d’achat d’un consommateur-type dans un pays, avec une gamme de produits de consommation donnée, avec celui d’un autre consommateur-type, qui sera généralement américain, et pour une gamme de produits de consommation proche. Néanmoins, certains facteurs sont essentiels. Il est important que les marché des changes des deux pays soient parfaits (il n’y a pas de contrôle des changes ni de coût de transaction), de même pour les marchés des biens (sans droit de douane ni coût de transport) et les biens nationaux et étrangers doivent être substituables.

Le taux de change dépend aussi de la balance courante. Selon Houthakker et Magee, auteurs des années 60, deux pays qui auraient le même taux d’inflation n’auraient pas forcément la même évolution du taux de change. Cela serait dû au solde tendanciel de leur balance courante. La balance courante est le solde des flux monétaires d’un pays résultant des échanges internationaux des biens et services, des revenus et des transferts courants (transferts de fonds des travailleurs l’étranger, contributions aux organisations internationales…).

La balance courante est une des composantes de la balance des paiements. Houthakker et Magee envisagent deux situations :

• Si un pays dégage structurellement un excédent de la balance courante, il est détenteur net de devises. En conséquence, il vend ces devises contre de la monnaie nationale sur le marché des changes, ce qui tend à apprécier la monnaie nationale.

• Si un pays présente un déficit structurel de sa balance courante, il est demandeur net de devises, ce qui tend à déprécier la monnaie nationale.

Les taux de change en Europe ont fortement été influencés par la structure des balances courantes.

Sur le court terme, les taux de change peuvent varier fortement dans la même journée. Cette évolution est déterminée par des variables financières et les comportements d’anticipation qui y sont associés.

On n’utilise pas le principe de la parité des pouvoirs d’achat mais le principe de la parité des taux d’intérêt. Les agents vont se demander s’il est plus rentable de détenir des biens dans la monnaie de leur propre pays ou alors dans celle d’un autre (par exemple détenir des dépôts en euro ou des dépôts en dollars). Pour cela, ils tiennent compte des taux d’intérêts des deux pays ainsi que du taux de change. L’évolution de ces deux taux dépend de plusieurs critères : l’inflation anticipée, les variations des barrières commerciales relatives, les variations de demande des biens relatives et la croissance anticipée relative. Ces valeurs sont dites relatives car elles sont à considérer à chaque fois relativement à l’économie de l’autre pays.

Il est possible qu’à court terme le taux de change s’éloigne de son court d’équilibre. On parle, en principe, de phénomène de bulle spéculative. Cela signifie que si une devise est appréciée plus que ce qu’elle représente réellement, on se trouve dans un mécanisme d’auto renforcement. Il y a donc un écart entre la valeur observée de cette devise et sa valeur d’équilibre. Par la suite, une fois que la valeur de la devise est supposée critique, la bulle spéculative éclate. Cependant, on ne peut jamais prévoir ce moment.

Articles liés